Bragelonne

Nous sommes actuellement le 22 Novembre 2017, 16:43

Le fuseau horaire est réglé sur UTC




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
MessagePublié : 02 Janvier 2014, 17:39 
Hors-ligne

Inscription : 02 Février 2013, 07:42
Messages : 448
Image

Citer :
Résumé de L’Éclat de Cristal
Le Valbise tremble. Akar Kessell, un apprenti-sorcier, a maladroitement réveillé une relique pouvant balayer la région de la surface des Royaumes : l'Eclat de cristal. Mais les Dix-Cités doivent faire face à un danger plus immédiat : les barbares. Après une première attaque manquée, ces derniers laissent pour mort un membre de leur tribu : le jeune Wulfgar, bientôt recueilli par le nain Bruenor et son ami Drizzt Do'Urden, l'elfe noir. Condamné à cinq ans d'esclavage, le jeune homme s'aguerrit au contact de ses « maîtres ». Heureusement, car il pourrait bien être leur ultime rempart contre l'effarante puissance du cristal.



Pas de la grande littérature ni même de la grande Fantasy, mais de l’agréable novélisation : les aventures de Drizzt Do’Urden et ses compagnons, c’est des parties de jeux de rôles mise par écrit. Malgré une fanbase assez importante R.A. Salvatore jouit d’une réputation de tâcheron. Ayant par le passé hurler avec les loups, je fais mon mea culpa. D’un autre côté je n’avais en tête que la très mauvaise adaptation de Fleuve noir que je n’ose qualifier de traduction… C’est donc tout naturellement que je remercie Milady et Fanélie Cointot pour cette nouvelle plaisante traduction !

Nous suivons dans cet Éclat de cristal la formation d’une compagnie de héros pour ne pas dire d’une communauté :
- Régis (non ce n’est pas une blague) le roublard de petite taille, c’est un clone du Bilbo de Tolkien
- Bruenor le nain bourru mais au grand cœur, c’est un héritier du Thorin Écu-de-Chêne de Tolkien
- Wulfgar le barbare qui hait la magie, c’est une version édulcorée de ce bon vieux Conan d’Howard
- Drizzt, l’elfe noir humaniste c’est une version édulcorée de ce bon vieux Elric de Moorcock
Au sein de cette dream team fantasy Catti-Brie reste en retrait car comme tous les personnages féminins du cycle elle ne dégage pas grand-chose (son parler argotique m’ayant horripilé plus qu’autre chose, pire les romances nouées autour d’elle étant assez mal fagotées…).
C’est parfois bon enfant et on retrouve les belles sensations du shonen classique avec les tirades sur l’espoir et l’amitié, la foi dans le triomphe de l’amour et de la justice. C’est une Fantasy traditionnelle certes, mais c’est plaisant de retrouver cela dans une époque grimm & gritty post GRR Martin.
Image

Partie 1 : Dix-Cités
On nous présente l’univers septentrional de Valbise qui rapidement doit faire à l’invasion du seigneur de la guerre barbare Haalfdane. Entre petits zooms humanistes et grands préparatifs de guerre, le siège de Bryn Shander fait Gemmell like mais aussi Gemmell light. Peu importe tout cela est sympathique.
Partie 2 : Wulfgar
Nous poursuivons avec le destin du jeune barbare Wulfgar qui fait l’apprentissage de la vie entre leçons de forge avec Bruenor et leçons d’escrime avec Drizzt. Entre petites leçons de morale et grandes amitiés naissantes, fait Gemmell like mais aussi Gemmell light. C’est rafraîchissant ou gnangan selon les goûts de chacun
Partie 3 : Cryshal-Tirith
Face au tyran autoproclamé de Valbise Akar Kessell nos amis suivent chacun leur voie pour lutter contre le Mal : escarmouches, batailles terrestres et navales, combats de siège, infiltration et exfiltration… Le message de tout cela étant que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice de défense de la liberté et qu’avec un peu de respect et de tolérances les ennemis d’hier peuvent être les alliés d’aujourd’hui et de demain. Entre combat contre un dragon et un duel à mort entre 2 armoires à glace, Wulfgar se fait la part belle mais ses compagnons ne sont pas en reste y compris Ventre-à-pattes le trouillard ! Tout cela fait Gemmell like mais aussi Gemmell light. Peu importe tout cela est sympathique.


Néophytes, easy readers, nostalgiques et rôlistes peuvent aimer cette aventure, mais tout cela ne marche qu’à moitié :
- inévitablement surviennent les moments où on entend rouler des dés...
- le prologue était nullissime de poncifs du genre, et ceux-ci reviennent de temps à autre tirer l’ensemble vers le bas
- les scènes d’actions sont très nombreuses, trop nombreuses sans doute donc on tombe dans la répétitivité tant on privilégie la quantité sur la qualité. J’apprécie les récits SFFF qui font la part belle à l’action, mais il faut que celle-ci soit bien amenée et bien mise en valeur sinon l’absence de tension et de suspens fait que cela trop souvent à plat, et ici le fait qu’à chaque fois que les choses tournent mal on fait appel au rubis hypnotique ou à la panthère magique n’arrange rien.
Les deus ex machina c’est parfois top grave cool, mais à force de tirer sur la corde cela devient ennuyant au possible.
- on sent quand même des inspirations faciles pas toujours bien digérées :
Du Tolkien et du Howard donc, mais aussi du Leiber, du Vance et du Moorcock quand on cherche bien… Ce joli mélange est à l’origine des univers Donjons & Dragons, d’ailleurs je vois renvoi au bon article du Boston Globe
http://www.bostonglobe.com/ideas/2013/12/22/sorry-tolkien-not-father-fantasy/pljM6NOC54JmFaqY8bzNSI/story.html
Mais c’est parfois un peu gros, voire goulbigoulbesque ! Ainsi on sent aussi avec Cryshal-Tirith (OMG le nom déjà) et ses miroirs magiques un recyclage de Conan le Destructeur : il y a quand même un peu mieux comme inspiration...
http://static.skynetblogs.be/media/71243/conan-le-destructeur.jpg
- le Tyran de Valbise, aka le boss de fin, est un supervilain de pacotille, un mago psycho cabotineur qui présente toutes les caractéristiques du pervers narcissique : difficile de trembler ne serait-ce qu’une seconde tant celui-ci est caricatural, un ersatz complètement raté de Saroumane qui lui-même se contentait d’être un sous Sauron…


Les intéressants monologues de Drizzt en début de parties tranchent avec le reste. On sent que l’auteur met beaucoup de lui-même dans son personnage fétiche. Dès lors on peut réinterpréter la saga : Menzoberranzan et ses traditions de compétitivité mortifère, c’est une certaine société américaine à qui l’auteur à décidé de tourner le dos, comme son héros, préférant essayer de rendre meilleurs les Royaumes Oubliés, comme son héros. Un monde parfois violent, raciste et fanatique dans son communautarisme certes, mais avec de l’amitié, de la solidarité, et la possibilité de s’intégrer dans un multiculturalisme progressiste. Si on ajoute que le héros est rejeté principalement à cause de la couleur de sa peau et des préjugés qui y sont affiliés, il n’y a qu’un pas pour y voir une critique en bonnes et dues formes de certaines mentalités.
Des héros porteurs de valeur qui ont envie de rendre le monde meilleur, cela fait du bien : Justice Forever !

_________________
Fans de Gemmell, venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/


Haut
   
MessagePublié : 05 Janvier 2014, 04:33 
Hors-ligne

Inscription : 02 Février 2013, 07:42
Messages : 448
Image

Citer :
Résumé du tome 2 (5) : Les Torrents d'argent
Drizzt et ses compagnons partent en quête de la cité de Castelmithral, le berceau légendaire du peuple de Bruenor. Confronté au racisme, Drizzt envisage sérieusement de regagner les ténèbres de l'Outreterre. De son côté, Wulfgar commence à surmonter son aversion atavique pour la magie. Quant à Régis, il cherche à échapper à un redoutable assassin qui s'est allié à des magiciens maléfiques. Ces derniers ont juré la perte des compagnons et Catti-Brie est la seule à pouvoir contrecarrer leurs plans.



L'aventure continue, c’est donc tout naturellement que je remercie Milady et Laurence Murphy pour cette plaisante nouvelle traduction !


Nous suivons dans ces Torrents d’argent un très sympathique revival du Hobbit de Tolkien mâtiné de SdA :
- comme Bilbo, Régis possède un puissant bijou magique recherché par un puissant sorcier
- comme Smaug, le dragon Ombreflet surveille son fabuleux le trésor et son royaume souterrain
- comme Thorin Écu-de-Chêne, Bruenor Marteaudeguerre recherche sa patrie désormais perdue
http://ekladata.com/NavTVBoTfyqjVjnUuHexUI7rrJY.jpg
Les héros forment la Compagnie du Hall, une communauté formé d’un elfe, d’un nain, d’un semi-homme et de 2 humains… une configuration qui rappelle d’excellents souvenirs aux amateurs d’héroïc fantasy ! blink
Les copies édulcorées de Conan et Elric accompagnent le maître nain dans sa quête, avec une Catti-Brie atteinte du syndrome de Stockholm pas toujours très cohérente dans ses agissements… Savent pas ce qu’elles veulent ces nanas ! lol

Partie 1 : Quêtes
D’un côté nous avons Bruenor, Drizzt, Wulfgar et Regis qui partent à l’aventure un peu à l’aveuglette, se basant sur de maigres indices pour finalement se retrouver dans les bas quartiers de Luskan. D’un autre côté nous avons Artémis Entreri engagé par Pacha Amas pour lui ramener Régis et son rubis hypnotique, qui s’allie à un mage ambitieux et à ses sbires. Entre les 2 camps une Cattie Brie qui part avertir ses amis avant de tomber dans les griffes de ce Drizzt inversé.
Partie 2 : Alliés
Tandis que nos compères se perdent dans les campagnes de plus en plus reculées des Royaumes Oubliés (faut dire qu’ils partent vraiment à l’aveuglette à chaque étape… lol), Catti-Brie essaye de semer la zizanie parmi leurs poursuivants.
Drizzt broie du noir devant les manifestations de racisme à son égard entre 2 péripéties tirées sur la table des rencontres aléatoires. Parmi elles une traversée de marais infestée de trolls plus Sam Raimi tu meurs (dommage d’avoir gâché ce chouette moment de fantasy horrifique par un boss de fin niveau totalement hors de propos).
Heureusement la Dame de Lunargent, clone de Galadriel, fournit à nos amis biscuits elfiques et baumes guérisseurs avant de les mettre sur la bonne voie.
Partie 3 : Nouveaux chemins
On est quelque part entre reconquête du Mont Erebor et reconquête des Mines de la Moria. Les œuvres de Tolkien très littéraires accusent quand même leur âge, c’est donc très plaisant de retrouver ces scènes mythiques en cinémascope.
Parmie des duergars et autres gobelins, les 2 compagnies s’affrontent dans les sombres tunnels souterrains, alors qu’a lieu le duel au somment entre les frères ennemis Drizzt et Entreri… Le final ne déçoit pas, mais le dénouement n’en est pas vraiment un et que tout est à suivre dans Le Joyau du Halfelin !

L’auteur a fortement corrigé le tir au niveau des bad guys et c’est tant mieux !
On retrouve certes avec Dendybar un mago psycho et avec Ombreflet un dragon mégalomane, mais les tous les autres vilains d’alignement loyaux mauvais ont de la gueule et tirent clairement l’ensemble vers le haut avec Entreri l’assassin bad ass, la vamp magicienne Sydney, le guerrier jaloux Jierdan et le golem Bok à mi chemin du Frankenstein de Mary Shelley et du T-800 de James Cameron qui nous gratifie de scènes assez cool (et en plus ils se tirent dans les pattes !).
Image
D’ailleurs les scènes d’action et les situations sont plus variées et donc donne moins une impression de répétitivité.
Les deus ex machina sont moins nombreux, Guenhwyvar se faisant très discrète, donc le suspens est davantage présent !

Il reste néanmoins des trucs qui ne marchent toujours pas :
- inévitablement surviennent les moments où on entend rouler des dés... surtout quand on sort la table des rencontres aléatoires car on se retrouve avec des péripéties de remplissages qui rallongent la sauce plus qu’autres choses
- la manière dont nos compères partent à l’aventure en arpentant la route dans la joie et la bonne humeur sans préparation alors qu’ils ne savent pas où ils vont et comment ils vont y aller rappelle fortement Le Donjon de Naheulbeuk !
http://myrdhinn.free.fr/images/naheulbeuk/barbare1.jpg
- des poncifs qui nous rappellent malheureusement qu’on est dans une novellisation d’un univers franchisé…
- on en fait des caisses sur l’atavisme des barbares qui haïssent la magie… Que ces passages sont mauvais !
- Catti-Brie qui est un des personnages principaux de La Légende de Drizzt ne fonctionne toujours pas…

_________________
Fans de Gemmell, venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/


Haut
   
MessagePublié : 12 Janvier 2014, 08:36 
Hors-ligne

Inscription : 02 Février 2013, 07:42
Messages : 448
Image

Citer :
Résumé du tome 3 (6) : Le Joyau du Halfelin
Régis est livré au Pacha Amas. Celui-ci veut se venger du halfelin qui lui a volé son bien le plus précieux : le rubis aux pouvoirs hypnotiques.
Les amis de Régis, Drizzt et Wulfgar, se ruent à son secours tandis que Catti-Brie se charge de lever une armée pour reconquérir Castelmithral. Drizzt sera de nouveau confronté à son ennemi, Artémis Entreri. Quant au halfelin, il doit affronter la pire épreuve de sa vie entre les griffes du Pacha Amas...
Y survivra-t-il ?



L'aventure continue, c’est donc tout naturellement que je remercie Milady et Éric Betsch pour cette plaisante nouvelle traduction !

Nous suivons dans ce Joyau du Halfelin un pot-pourri Fantasy d’assez bonne facture :
Les rats-garous défaits par une horde de félins surnaturels ? Enorme clin d’œil aux Epées de Lankhmar de Leiber ?
Les Héros du Nord qui viennent foutre le bordel dans une ville méridionale gangrenée par le crime ? Howard ?
Le barbare Wulfgar qui s’énerve contre un dromadaire récalcitrant ? Petit clin d’œil au film de John Milius ?
Et oui la Fantasy ne se limite pas à JRR Tolkien et aux Terres du Milieu :
http://www.bostonglobe.com/ideas/2013/12/22/sorry-tolkien-not-father-fantasy/pljM6NOC54JmFaqY8bzNSI/story.html

Partie 1 : A mi-chemin de partout
Tandis d’Entreri ramène sa proie à Portcalim, proie qui fait tout pour ralentir son ravisseur, Drizzt et Wulfar se lancent à sa poursuite malgré les pièges tendus sur leur route avant de faire à la Porte de Baldur la rencontre de Deudermont le capitaine de l’Esprit follet de la mer. Dans le même temps Catti-Brie hésite entre les rejoindre et tenir la promesse faite à Bruenor de préparer et mener à terme la reconquête de Castelmithral.
Partie 2 : Alliés
Des chapitres très swashbuckling avec la traversée vers le Sud de la Mer des Epées entre les manipulations des assassins Entreri et Rassiter, les fourberies des magiciens Obéron et Lavalle et l’attaque du capitaine pirate Pinochet (non ce n’est pas une blague).
http://www.mcauslandstudios.com/Art%20files/McAusland-Studios-FantasyClipInks-WR-1-8-Male-Swashbuckling-Warrior.jpg
Dommage que la bataille navale soit gâchée par des trucs grosbills et qu’ensuite on tombe rapidement dans les clichés sur le Moyen Orient avec OMG un marchand gobelin magouilleur et OMG un riche despote capricieux.
Partie 3 : Empires déserts
Une grosse baston de 150 pages qui n’en finit plus : rats-garous, limon, hydre, démons, géants des collines eunuques, assassins, magiciens en plus des pièges mortels et de rebondissements en veux-tu en voilà dans la plus grande tradition pulpienne ! Mais c’est épuisant voire soulant passé un cap malgré le chouette détour par Tartérus qui annonce les belles heures de Planescape (alias le Stargate Fantasy).
Image


Globalement un peu moins bon que le 2e car l’action prend le pas sur tout reste à commencer par l’ambiance.
A ce niveau-là, entre les passages en mer, les passages dans le désert, les bas-fonds de Portcalim et l’excursion extradimensionnelle, il avait largement matière à faire. Et même au niveau action le mieux est l’ennemi du bien : la récurrence des trucs grosbills vient tirer l’ensemble vers le bas.
Cette mise en jambe avec une Dame elfique et un magicien malicieux qui expliquent aux héros tout ce qu’ils doivent savoir et qui leur donnent tout ce qui leur est nécessaire était une facilité scénaristique à la limite du ridicule.
Niveau bad guys, Entretri partage la vedette avec ses compères avec qui ils se tirent la bourre à commencer par Pacha Amas son patron ailurophile et Rassiter l’ambitieux rat-garou (non ce n’est pas une blague). D’ailleurs franchement OMG les rats-garous…ça casse un peu tout malgré la sympathique référence au classique de Fritz Leiber.
http://www.geofftaylor-artist.com/system/files/imagecache/normal/covers/leiber_f-swords_of_lankhmar.jpg
L’épilogue qui enquille en quelques pages la mainmise sur une guilde de voleur, la reconquête de Castelmithral et un mariage est assez frustrant, mais c’était un peu le mode à l’époque (voir David Gemmell et Glen Cook par exemple).
Niveau personnages entre recherche d’intégration et exploits héroïques Drizzt est égal à lui-même, Wulfgar a du mal à penser à autre qu’à la baston, mais à travers son calvaire Régis gagne en profondeur et en sympathie. Toujours pas fan de Catti-Brie même si on progresse dans la bonne voie avec ce tome…

Mais tout cela donne furieusement envie de rejouer aux Baldur's Gate like ! :punk:

_________________
Fans de Gemmell, venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/


Haut
   
MessagePublié : 07 Février 2014, 14:15 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Janvier 2009, 09:51
Messages : 384
Localisation : Vannes
Albéric a écrit :
inévitablement surviennent les moments où on entend rouler des dés...

Sans doute pour les joueurs de JdR, mais pas pour les autres. Je n'ai jamais eut cette impression à la lecture des romans de Salvatore, contrairement aux romans d'Ed Greenwood qui donnent parfois cette impression d'une novélisation d'une partie de jeu de rôle, même quand on n'y a jamais joué.
Albéric a écrit :
Ainsi on sent aussi avec Cryshal-Tirith (OMG le nom déjà) et ses miroirs magiques un recyclage de Conan le Destructeur : il y a quand même un peu mieux comme inspiration...

Si tu vas par là, on peut toujours trouves dans quasiment toutes les oeuvres des inspirations d'autres oeuvres. Autant je suis d'accord sur le fait que les Compagnons du Castel font furieusement penser à la Communauté de l'Anneau de Tolkien, que la lutte pour Castelmithral dans "Les torrents d'argent" rappellent franchement Bilbo le hobbit ou même le passage dans la Moria du Seigneur des Anneaux, ou encore que le fameux rubis de Régis ramène évidemment à l'Anneau de pouvoir du SdA, autant aller chercher une inspiration chez "Conan le destructeur" pour Cryshal-Tirith est un peu tiré par les cheveux à mon avis.

_________________
Image


Haut
   
MessagePublié : 04 Mai 2014, 17:03 
Hors-ligne

Inscription : 02 Février 2013, 07:42
Messages : 448
@ Morcar
C'est quand même de rebondir sur 2 lignes négative parmi 90 lignes positives.
Mais soit, c'est la règle du jeu.

Morcar a écrit :
Albéric a écrit :
inévitablement surviennent les moments où on entend rouler des dés...

Sans doute pour les joueurs de JdR, mais pas pour les autres. Je n'ai jamais eut cette impression à la lecture des romans de Salvatore, contrairement aux romans d'Ed Greenwood qui donnent parfois cette impression d'une novélisation d'une partie de jeu de rôle, même quand on n'y a jamais joué.

Non c'est encore pire pour les autres.
Les joueurs de jdr sourient devant le clin d'oeil, les autres soupirs devant les trucs trop faciles.
Parce que franchement les distributions d'objets magiques et les distributions de sorts de soins.
Sans parler des péripéties qui semblent découler d'un jet de dés sur une table de rencontres...


Morcar a écrit :
Albéric a écrit :
Ainsi on sent aussi avec Cryshal-Tirith (OMG le nom déjà) et ses miroirs magiques un recyclage de Conan le Destructeur : il y a quand même un peu mieux comme inspiration...

Si tu vas par là, on peut toujours trouves dans quasiment toutes les œuvres des inspirations d'autres œuvres. Autant je suis d'accord sur le fait que les Compagnons du Castel font furieusement penser à la Communauté de l'Anneau de Tolkien, que la lutte pour Castelmithral dans "Les torrents d'argent" rappellent franchement Bilbo le hobbit ou même le passage dans la Moria du Seigneur des Anneaux, ou encore que le fameux rubis de Régis ramène évidemment à l'Anneau de pouvoir du SdA, autant aller chercher une inspiration chez "Conan le destructeur" pour Cryshal-Tirith est un peu tiré par les cheveux à mon avis.

Les bonnes idées sont faites pour être reprises.
Mais quand une idée moyenne est repris moyennement c'est quand même dispensable.
Parce que je me fait peut-être un film, mais ce genre d'image on les retrouve dans le livre...
http://www.mdcu.fr/upload/news/news_illustre_1313597438.jpg

_________________
Fans de Gemmell, venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/


Haut
   
MessagePublié : 06 Mai 2014, 08:14 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Janvier 2009, 09:51
Messages : 384
Localisation : Vannes
Albéric a écrit :
C'est quand même de rebondir sur 2 lignes négative parmi 90 lignes positives.

Si je n'ai pas rebondi sur le reste, c'est uniquement parce que je n'avais rien à dire à ce propos, rassure-toi :wink:
Albéric a écrit :
Parce que franchement les distributions d'objets magiques et les distributions de sorts de soins.
Sans parler des péripéties qui semblent découler d'un jet de dés sur une table de rencontres...

Quand je lis un roman, à aucun moment je ne suis en train de réfléchir à ce genre de choses.
Dans tout roman de fantasy le héros peut se retrouver à rencontrer des personnages de manière fortuite, on ne fait pas alors le parallèle avec le jeu de rôle, parce que le roman n'est pas basé sur un univers de JdR. Mais pourquoi vouloir le faire ici ?

_________________
Image


Haut
   
MessagePublié : 06 Mai 2014, 17:08 
Hors-ligne

Inscription : 02 Février 2013, 07:42
Messages : 448
Morcar a écrit :
Quand je lis un roman, à aucun moment je ne suis en train de réfléchir à ce genre de choses.Dans tout roman de fantasy le héros peut se retrouver à rencontrer des personnages de manière fortuite, on ne fait pas alors le parallèle avec le jeu de rôle, parce que le roman n'est pas basé sur un univers de JdR. Mais pourquoi vouloir le faire ici ?

Ouf, me voilà rassuré. 8-)
Galadriel distribue des présents aux membres de la compagnie OK, mais là au début du tome 2 (5) on distribue des trucs genre cimeterre +3 et des arc +5 munitions infinies, et en bloc en plus. OMG c'est forcé comme procédé. On est donc bien dans la facilité rôlistique, que le roman soit inspiré d'un univers de jdr ou pas. D'ailleurs je me souviens avoir fait la même remarque sur des livres ou des films fantasy non franchisés. Mais bon ses passages ne sont pas si nombreux que cela dans la saga (c'est juste que les péripéties de remplissage et un bestiaire dispensable n'aident pas non plus).

_________________
Fans de Gemmell, venez nous rejoindre : http://david-gemmell.frbb.net/


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduction française officielle © Maël Soucaze