À l’occasion de son passage aux Imaginales, prenez quelques instants en notre compagnie pour revenir sur l’immense auteur qu’est Pierre Bordage !

Pierre Bordage ne viendra pas uniquement aux Imaginales pour rencontrer ses lecteurs mais aussi pour recevoir une récompense, La Désolation, le premier tome de sa saga Arkane est l’un des lauréats du Prix Imaginales du Roman Francophone !

 

 

Pierre Bordage, né en 1955, est l’un des plus grands romanciers français. Il s’est imposé dès 1993 avec la trilogie des Guerriers du silence et a depuis publié une quarantaine d’ouvrages qui lui ont valu de nombreux prix littéraires : Grand Prix de l’Imaginaire, Prix tour Eiffel de science-fiction, Grand Prix Paul Féval de littérature populairePrix Bob-Morane et il y a peu de temps Prix Imaginales du Roman Francophone !

Son oeuvre empreinte d’humanisme s’inspire des épopées et des mythologies universelles et lui vaut un immense succès auprès d’un public vaste et fidèle.


 

Arkane.

Une ville labyrinthique, bâtie selon la légende par sept maisons toutes-puissantes, et dont les luxueux niveaux supérieurs sont occupés par un pouvoir corrompu. Là, ont cours intrigues incessantes, empoisonnements, meurtres, magie noire et décadence.

Oziel fait partie de l’une de ces maisons régnantes, celle du Drac. Jeune, belle et bien née, son avenir était déjà tout tracé. Jusqu’au jour où sa famille est décimée par les six autres. Sa maison n’a pourtant commis aucun crime. Elle n’était ni meilleure, ni pire qu’une autre. Mais pourquoi partager le pouvoir à sept, quand on peut n’être que six.

La justice ayant détourné son regard, Oziel se contentera de la vengeance. Contrainte de fuir les Hauts de la ville, elle espère trouver l’aide de l’unique autre survivant du Drac. Le récent exil de Matteo, son frère aîné, apparaît sous un œil nouveau à la jeune femme. Ensemble, ils pourraient peut-être lever une armée. Composée de brigands. Mais une armée quand même.

Et, pour cela, elle doit s’engou rer dans les profondeurs de la cité et franchir la Désolation, cette terrible zone où personne n’ose s’aventurer, à raison. C’est là qu’Oziel fait la rencontre d’une société secrète dont les intérêts semblent rejoindre ceux de l’évadée. Mais, même si elle a quitté le centre du pouvoir, les complots demeurent.

Très loin de là, le jeune Renn mène une vie simple comme apprenti d’un enchanteur de pierre irascible. Attaqué par des voleurs, il est lui aussi contraint de fuir. Sur sa route, il croise le chemin du guerrier Orik, avec qui il se lie d’amitié. Mais le destin semble aussi s’acharner sur cette partie du monde : les deux amis vont être les témoins de l’émergence d’un terrible mal.

Un mal impossible à stopper, et dont l’objectif n’est autre que le centre du monde connu.


Le premier tome d‘Arkane est tout simplement parfait. Le premier tome du dyptique de l’auteur s’avère déjà individuellement un chef d’œuvre.

 

Sa plume aiguisée nous emporte avec facilité dans un voyage au cœur de personnages hors du commun…

Complots, ennemis machiavéliques et personnalités complexes sont au rendez-vous de ce bijou !

Un récit est rythmé, l’univers est ultra détaillé, La Désolationprend vie dès les premières pages !

Préparez-vous à découvrir un nouveau monde, une cité, une histoire, des coutumes et son lot de paysages somptueux !

Feuilletez les premières pages, je vous garantis que vous ne pourrez plus le lâcher avant de l’avoir fini !


Dans le Neverland #31, nous avions posé à Pierre Bordage quelques questions…

Quel est ton rapport avec les mots et l’écriture ?

Je tente de disparaître dans l’écriture, pour que rien n’interrompe le plaisir de la lecture. Pour moi l’écriture est une musique de l’âme qui sort de l’auteur. Quand j’ai fini un livre je le lis en entier de façon purement médicale, comme une partition, et je traque les fausses notes. Je fais partie des conteurs, qui veulent donner à voir le fond des choses.

Dans tous tes ouvrages et en particulier dans Arkane, le héros se retrouve seul face à l’histoire. Ce n’est pas un être surhumain et pourtant c’est lui qui va changer la donne.

C’est un peu une de mes caractéristiques, prendre un personnage qui est tout à fait ordinaire, que l’histoire va projeter dans l’extraordinaire, et l’obliger à prendre conscience de ce qu’il est. Cela s’adresse à beaucoup plus de gens, car les gens ordinaires sont bien plus nombreux que les super-héros.

Dans le cas d’un héros « niais », c’est cette innocence qui va changer le cours des choses. L’ignorance est parfois plus intéressante que la connaissance.

Comment réussis-tu à bâtir un univers aussi cohérent ?

Je répondrai à cette question que je ne le bâtis pas, il se bâtit à travers moi. Je fais partie des auteurs en immersion, j’aime beaucoup découvrir l’univers avec l’écriture et laisser le roman structurer l’univers. Les personnages me montrent l’univers à travers leurs perceptions.

Mes vingt ans de pratique me permettent d’analyser que l’univers sera plus cohérent et intéressant en passant à travers moi que si j’essaie de le maîtriser ou de le créer par l’intellect. L’inconscient le rend beaucoup plus riche et cohérent.


Découvrez ici les premiers paragraphes d’Arkane à savourer sans modération !

Il advint que l’Odivir sortit de son lit et submergea le pays d’Arkane, jadis appelé Tagre, du massif septentrional de l’Ostian aux sombres marécages du Sud lointain. Émues par les cris désespérés des mères, les sept déesses du fleuve commandèrent à leurs serviteurs d’épargner sept familles humaines…

La première fut secourue par le drac aux écailles rouges, la deuxième par l’aigle aux plumes orangées, la troisième par le dauphin à la peau jaune, la quatrième par le loup à fourrure verte, la cinquième par le corridan bleu tacheté, la sixième par l’ours nocturne des étangs, la septième par l’orbal, le serpent violet vivant dans les fonds de vase…

Les sept familles tirées des eaux se réfugièrent sur la plus haute colline du Tagre. Les serviteurs des déesses leur apportèrent des poissons qui leur permirent d’attendre la décrue du fleuve sans souffrir de la faim…

L’Odivir se retira dans son lit après avoir fécondé la terre. Les familles décidèrent de fonder, au sommet de la colline, une cité qu’elles baptisèrent Arkane, ce qui, dans le langage de nos pères, signifie l’Insubmersible…

Les familles prirent les noms des serviteurs qui les avaient sauvées. Il y eut la maison du Drac, la maison de l’Aigle, la maison du Dauphin, la maison du Loup, la maison du Corridan, la maison de l’Ours et la maison de l’Orbal…

La Geste arkanienne,

Tradition des diseurs du Chœur,

Arkane

 

Le souffle coupé, Oziel s’immobilisa dans la ruelle qui longeait une interminable muraille grise. La lumière de l’aube n’avait pas encore déchiré le voile terne et froid tendu sur les Hauts d’Arkane. De la cité assoupie montait une rumeur sourde égayée par les trilles mélodieux des aubins.

Dans moins d’un quart de sixte, les charrettes et les porteurs de la Guilde des Fournisseurs peineraient à se frayer un passage au milieu de la foule bruyante et colorée qui se déverserait dans les rues et sur les places.

Oziel prit une profonde inspiration et vérifia qu’aucun œil-de-pierre ne déambulait dans les environs. Elle n’en avait jamais rencontré, et n’avait pratiquement aucune chance d’en croiser un au beau milieu de cette ruelle, mais tant d’histoires circulaient au sujet des pétrocles qu’elle les reconnaîtrait sans l’ombre d’une hésitation. Ulio prétendait qu’il suffisait de croiser leur regard pour être changé en pierre. Elle n’avait jamais décelé la moindre lueur de moquerie dans les yeux de son frère lorsqu’il prononçait ces mots d’une voix empreinte de terreur.


Vous voulez lire la suite ? La Désolation de Pierre Bordage est disponible en numérique, en librairie ou encore sur les sites de e-commerce !

La Désolation
La Désolation - Arkane, T1 par Pierre Bordage - 12,99 €www.7switch.com
 

 
 

 

Pierre BORDAGE sera présent aux Imaginales 2018 du 26 au 27 mai ! Surtout n’hésitez pas, et venez à sa rencontre pour échanger avec lui ou faire dédicacer votre ouvrage !

Auteurs Liés
Oeuvres Liées
Actualités Liées