Propos recueillis et traduits par Paul Herbert

A l'occasion de la sortie de La Mort ou la Gloire en poche (le tome 1 de la série Wyld, Prix Hellfest INFERNO 2020) et de la sortie de Rose de Sang, le tome 2 de sa série, Nicholas Eames a répondu à toutes nos questions sur ses secrets d'écriture, ses inspirations, et sur les personnages qui hantent les étendues sauvages du Wyld ! 

 

Quelles ont été vos inspirations pour l’écriture de La Mort ou La Gloire, le tome 1 de Wyld ?

Je me suis lancé dans la conception de ce livre après avoir lu Ready Player One d’Ernest Cline. Ce livre est une lettre d’amour à tout ce que cet auteur aime à propos des années 1980, et le mien est une lettre d’amour à tous les tropes qu’on retrouve dans les classiques de la Fantasy. Ce livre est aussi inspiré par la musique rock et folk des années 1970 – deux styles musicaux qui s’inspirent beaucoup eux-mêmes de la Fantasy.

 

Quelle est votre secret d’écriture pour cette histoire ?

Beaucoup de café, de nombreuses nuits de travail et un régime concentré de musique des années 1970 !

 

Vous dites que Ready Player One vous a beaucoup inspiré pour l’écriture de Wyld, comment cela a-t-il affecté votre écriture ?

Ce livre était juste complétement fun, et je voulais capturer la même énergie pour mon histoire. Aucun trope n’était trop exagéré, aucune circonstance trop ridicule pour que je les utilise. Certes, certains passages les plus osés ont été adoucis durant le processus d’édition mais au final, c’est le fun qui était important plus que tout le reste.  

 

Quel est votre Easter Egg préféré dans le tome 1 de Wyld ?

Hmm, c’est dur à dire. Il y a beaucoup de scènes inspirées par des titres de chansons, des paroles, ou par des vraies bêtises qu’ont faites de vraies rockstars, donc il y en plusieurs qui sont vraiment chers à mes yeux – un dans le tout dernier paragraphe, spécialement. Il y a une taverne appelée Le Repaire de l’Émeutier, dans laquelle j’ai replacé des versions Fantasy de vraies histoires du monde réel (Jim Morrison se jetant de son balcon, John Bonham conduisant sa moto à travers le hall d’un hôtel) pour rendre l’histoire du lieu plus colorée.

 

Pourquoi avoir choisi de suivre un groupe de vieux héros au crépuscule de leurs vies dans La Mort ou la Gloire plutôt que des versions plus jeunes de ces personnages ?

“Reformer le groupe”, c’est tellement un classique de la musique rock qu’il aurait été criminel de ne pas l’utiliser. Il est si rare de pouvoir lire des histoires sur des personnages qui ont déjà vécu leur grande aventure et qui ne sont vraiment pas en état d’en faire une autre. Et aussi, je voulais que le livre soit drôle, et quand tes personnages principaux sont des guerriers vraiment has-been, c’est beaucoup plus facile de trouver des situations hilarantes prêtes à dégénérer mais qu’une bande de guerriers capables auraient pu gérer sans peine.

 

Quelle est votre roquebande favorite dans Wyld, et pourquoi ?

C’est sans aucun doute les deux roquebandes que l’on suit dans les deux livres que compte la série pour l’instant. Les membres de Saga sont unis par les difficultés qu’ils ont dû traverser ensemble et par un sens de la fraternité, tandis que Fable, la roquebande au centre de Rose de Sang (le tome 2 de Wyld), est composée de personnalités très fortes liées les unes aux autres par la plus puissante d’entre elles. Comme beaucoup de groupes de rock, les membres seuls seraient loin d’être aussi formidables que ne l’est la roquebande, c’est la détermination de Rose qui les inspire tous à essayer de suivre son exemple et à mener cette vie.

 

Les membres de Saga ont parfois l’air de faire partie d’un groupe d’aventuriers dans une partie de DnD (Dungeons and Dragons) essayant de remplir leur mission malgré leur manière très particulière de s’y prendre. Est-ce que vous faites des parties de DnD ? Et si oui, est-ce que cette expérience a influencé votre manière d’écrire La Mort ou la Gloire ?

J’ai participé à PLEIN de parties de DnD, oui, et je pense vraiment que ça a influencé la manière dont je construis les interactions entre les personnages d’un groupe d’aventuriers. Mes sessions de jeu sont remplies de jurons, de rires, et de beaucoup de surprises, donc il ne faut pas s’étonner que le livre soit dans la même veine.

 

Pourquoi avoir choisi de prendre une approche comique pour cette histoire (parfois) très sombre ?

Il m’a fallu longtemps pour apprendre la leçon qu’écrire avec sa propre voix (plutôt que d’essayer d’émuler celle de son auteur favori par opposition) rend les choses beaucoup plus faciles. L’humour occupe une grande place dans ce que je suis. Ma famille et mes amis affrontent les difficultés avec l’humour. Par exemple, je n’ai jamais été à un enterrement durant lequel je n’ai pas passé mon temps à rire – et je pense que beaucoup de personnes sont comme moi. La Fantasy prend souvent comme sujet des histoires épiques avec des héros stoïques, mais je voulais écrire des personnages qu’on sente vrais – et j’espérais qu’il y ait assez de lecteurs dans le monde qui partagent mon sens de l’humour un peu décalé.

 

Sur votre site vous proposez une playlist de musiques à écouter en lisant La Mort ou la Gloire, est-ce que vous avez construit votre roman autour de ces pistes ? (la playlist par ICI)

En grande partie, oui. Ce n’était pas nécessairement quelque chose que j’avais prévu de faire, mais si lorsque j’étais en train d’écrire une scène, une musique me venait en tête qui incarnait le sentiment que j’essayais de capturer à ce moment-là, je la mettais en boucle tant que je continuais de l’écrire. A d’autres moments, il m’arrivait d’entendre une chanson alors que j’étais en train de courir ou de marcher jusqu’au travail, et une scène commençait à se développer dans ma tête au fil de l’écoute. Si cette playlist-là (ou n’importe quelle playlist de rock des années 1970) n’est pas nécessaire pour profiter du roman, je pense que c’est un bon moyen d’invoquer l’esprit de cette histoire et de ses personnages.

 

Si vous deviez aller dans le Wyld, quel membre de Saga emmèneriez-vous avec vous ?

C’est un peu à pile ou face entre Clay et Ganelon. Ganelon est probablement le guerrier le plus formidable de ce monde, et il n’y a que très peu de choses dont il ne pourrait s’occuper seul, mais il risque de ne pas faire attention à moi trop occupé qu’il serait à terrasser ce qui est en travers de son chemin. Alors que Clay, lui, c’est un protecteur. Son objectif principal dans n’importe quel combat, c’est de garder ses amis vivants, donc c’est probablement le choix le plus sage.

 

Et si vous étiez un membre de Saga, lequel ce serait et pourquoi ?

Un autre choix difficile ! Je pense qu’il y a un peu de moi dans chacun d’entre eux, mais la personnalité de Clay, son pragmatisme et son humour décapant sont très similaires aux miens. Cela étant dit, Moog porte des pyjamas toute la journée, et c’est un choix de vie que pourrais complétement adopter !

 

Je me dois de demander, (incarnant moi-même un barde dans DnD), pourquoi êtes-vous si dur avec les bardes ?

J’adore les bardes ! D’ailleurs, le personnage principal du deuxième livre est un barde ! Mais c’est vrai que dans La Mort ou la Gloire, il y a cette blague qui revient souvent et qui dit que Saga finit toujours par tuer accidentellement les bardes assez fous pour vouloir les rejoindre. Ce gag est un hommage au film Spinal Tap, dans lequel les batteurs du groupe meurent les uns après les autres dans des circonstances étranges et mystérieuses.

 

De nombreux monstres qu’on retrouve dans Wyld, on les rencontre déjà dans d’autres romans de fantasy, mais il y a une espèce en particulier que vous avez créée pour ce livre, les Druines. Comment les Druines ont-ils vu le jour dans votre imagination ?

Eh bien, ils sont en quelques sortes une parodie d’elfes. Je voulais avoir ces créatures nobles et immortelles qui soient extrêmement puissantes, mais les rendre un peu ridicules en  les affublant de ces oreilles de lapins. Malgré ça, quand un artiste en peint ou en dessine un, ils ont toujours l’air extrêmement cool. Qui l’aurait cru ?

 

Et donc, est-ce que les lapins de notre monde seraient en fait les membres restants d’une ancienne civilisation magique ?

Il vaut mieux espérer que non ! Si une poignée de Druines font en sorte d’avoir l’air gentil avec les humains, la majorité d’entre eux sont des horribles et cruelles engeances. 

 

Dernière question, si un groupe de rock de notre monde pouvait survivre dans le Wyld et devenir une légende là-bas, lequel ce serait selon vous ?

Je pense que plusieurs groupes pourraient y arriver ! Mon premier instinct serait de dire Led Zeppelin, comme ils pourraient amener de nombreuses qualités à la table mais je pense que Black Sabbath, les Rolling Stones et The Who s’en sortiraient très bien aussi. D’un autre côté, je pense que les Backstreet Boys ne tiendraient pas un jour.

 

Merci beaucoup pour les questions !

 

Un grand merci à Nicholas Eames pour avoir répondu à nos questions et à son agent pour les lui avoir transmises. Vous pouvez retrouvez ses livres par ici :

- La Mort ou la Gloire, Wyld tome 1 : bit.ly/wyldt1

- Rose de Sang, Wyld tome 2 : bit.ly/wyldt2

Auteurs Liés
Oeuvres Liées
Actualités Liées