À travers cette série d’articles, je reviendrais sur les grands mystères de l’humanité traités dans la littérature.

Mais à quel moment s’arrête l’histoire et où commence la réalité ?

Qu’est ce que l’on sait de l’Atlantide ? Et bien, l’Île est pour la première fois évoquée par Platon dans le Timée et le Critias.

Dans ces ouvrages antiques, Platon parle d’un sage grec, Solon, qui colporte l’histoire d’un prêtre égyptien qui voyageait à travers la Grèce. Solon a transmis cette histoire à son fils Dropides, qui l’a raconté à son fils Critias et qui l’a lui-même narré à un célèbre philosophe, maître de Platon, nommé Socrate (c’est à ce moment là que le nom doit vous évoquer quelque chose).

 

La légende de l’Atlantide a traversé les générations, traversé le temps et nous interroge toujours. Est-ce réellement un mythe ?

Atlantide vient du grec ancien Atlantis qui signifie île d’Atlas. Selon le récit de Platon, elle aurait été engloutie par un cataclysme vers 9600 avant J-C.

La légende raconte que le Royaume des Atlantes a été noyé sous un déluge d’eau car ses habitants avaient sombré dans la corruption et le matérialisme. 
Suite à ce cataclysme, l’île mythique fut rayée à jamais des cartes du monde. On raconte que la ville, bâtie en l’honneur de Poséidon a été englouti par les flots lors d’un déluge provoqué par Zeus. Elle serait située au delà des colonnes d’Hercule (au niveau du détroit de Gibraltar).

Platon raconte que le l’« Île était plus étendue que la Libye et l’Asie prises ensemble ». Le peuple atlantéen aurait colonisé les rivages de l’Afrique du Nord et de l’Italie, aurait entrepris la conquête de l’Égypte, de la Grèce et du reste du monde méditerranéen. Mais Athènes restait l’une des dernières régions encore libre. Leur disparition et leur engloutissement auraient été provoqués par la fureur de Zeus qui voulait protéger la ville qui lui rendait hommage.

Selon le philosophe, l’Atlantide est une ville immense avec des richesses inouïes et des cultures florissantes. L’Île est peuplée par des conquérants, des intellectuels et dirigée par un système démocratique juste. C’est une ville riche, magnifique, à l’architecture imposante représentée comme étant très futuriste pour l’époque. Sa technologie extrêmement avancée en faisait un adversaire terrible et le plus grand conquérant de l’Antiquité !

 

Beaucoup d’entre nous pensent que la cité sous-marine existait bel et bien. Longtemps considérée comme une création issue de l’imagination d’un penseur de l’antiquité, un nombre non négligeable de géologues, climatologues, scientifiques pensent que l’Île a bien existé et serait toujours enfouie au fond de l’océan depuis des siècles…

Dans une conférence donnée il y a quelques années, Pierre Termier, membre de l’Académie des Sciences affirmait que l’Atlantide pourrait avoir été engloutie par de brusques mouvements de l’écorce terrestre. Il existe des chaînes sous-marines de montagnes et personne n’a encore totalement exploré les fonds marins.

Rien ne prouve qu’il n’existe pas de cité sous l’eau.

Et ça tombe bien, car depuis le 4 avril est disponible À la poursuite de l’Atlantide d’Andy McDermott, un concentré d’aventure qui fera passer le grand Indiana Jones pour un touriste au salon de la claquette. Vous y suivrez Nina Wilde, une jeune archéologue new-yorkaise.

Ce qui la rend unique c’est qu’elle est parvenue à localiser l’Atlantide !

 

Malheureusement, dans le milieu de l’archéologie, on peut pas dire qu’elle en impose. D’ailleurs, quand un riche mécène, Kristian Frost lui offre l’opportunité de partir à la recherche de l’île perdue, tout frais payés, elle n’hésite pas un seul instant. Accompagné par Eddie Chase, un ancien des forces spéciales britanniques, et de la fille de Kristian Frost, elle se lance dans une aventure complètement insensée !

Mais elle n’imaginait sûrement pas se retrouver à entrer en concurrence avec Giovanni Qobras, qui est décidément très loin d’être un mec sympatoche. Une course poursuite s’engage pour les salut de l’humanité. Un secret se cache derrière la quête de l’Atlantide, et il ne doit sous aucune prétexte tomber entre de mauvaises mains…

De l’Iran au Brésil, des fonds de l’océan aux sommets de l’Himalaya, la quête de l’Atlantide mène à tout. À la mort, à l’amour…aux mystères les mieux protégés !



Et pour terminer au mieux cet article sur l’Atlantide, quoi de mieux que ces quelques vers de Victor Hugo issus du poème Oceano Nox :

O flots, que vous savez de lugubres histoires !
Flots profonds redoutés des mères à genoux !
Vous vous les racontez en montant les marées,
Et c’est ce qui vous fait ces voix désespérées
Que vous avez le soir quand vous venez vers nous !
Auteurs Liés
Oeuvres Liées
Actualités Liées